Bien que ce site attire une majorité de guitaristes, les outils qu’il propose peuvent être utilisés avec la majorité des instruments les plus connus. Voici donc plusieurs déclinaisons possibles d’Accorder sa guitare.

Accorder sa basse

L’accordage d’une basse se fait comme celui d’une guitare. Il existe néanmoins deux différences. La première est que la basse, comme son nom l’indique, est un instrument dont la tessiture est grave. Par conséquent, il peut être plus difficile pour l’accordeur de capter les notes que vous jouez et il faudra donc avoir recours à votre oreille pour affiner l’accordage, en particulier pour les cordes les plus graves. La deuxième différence est qu’une basse ne comprend que quatre cordes là où une guitare standard en comporte six. L’accordage EADGBe (Mi, La, Ré, Sol, Si, Mi) devient ainsi EADG (Mi, La, Ré, Sol) : c’est en fait celui d’une guitare sans les deux cordes les plus aiguës.

Accorder son ukulélé

L’ukulélé s’accorde de la même manière qu’une guitare et une basse, avec des mécaniques en bout de manche qui permettent de régler la hauteur des cordes. L’accordage standard de l’ukulélé est GCEA (Sol, Do, Mi, La). La différence majeure avec la guitare est que la première corde, la corde de Sol, est plus haute que les cordes de Do et de Mi ; au contraire de la guitare où les notes vont de la plus grave à la plus aiguë. On parle alors pour l’ukulélé d’accordage « rentrant » et c’est l’accordage standard, mais il existe bien entendu d’autres possibilités en fonction du style et des chansons que l’on cherche à jouer.

Accorder son violon ou violoncelle

Produire un résultat musical avec un violon n’est pas à la portée de tout le monde, encore moins si l’instrument n’est pas accordé ! Pour y parvenir, il faut comme sur une guitare jouer sur les mécaniques. Il peut y en avoir deux pour chaque corde du violon : une qui se situe près du chevalet, une autre sur le manche. Si l’on cherche à corriger légèrement l’accordage, les petites molettes du chevalet sont à préférer. Pour les accordages plus conséquents, passer par les chevilles sur le manche. Attention à ne toutefois pas trop serrer, cela pourrait briser la corde ! Les notes que l’on cherche à atteindre sont, de la plus grave à la plus aiguë, GDAE (Sol, Ré, La, Mi) pour le violon et CGDA (Do, Sol, Ré, La) pour le violoncelle.

Accorder son piano

Il est fortement déconseillé à une personne qui ne connaît pas très bien l’instrument de vouloir accorder un piano par elle-même. Bien que consistant comme la guitare en un mécanisme de cordes plus ou moins tendues par des mécaniques, le piano droit ou à queue est un instrument beaucoup plus difficile à manipuler. Déjà, il faut une clé spécifique pour régler les mécaniques. Ensuite, ce n’est pas 6 cordes qu’il faut accorder, mais 88 notes correspondant chacune à une ou plusieurs cordes (au maximum 3). De plus, suivant l’état du piano, il est même parfois impossible d’obtenir un accordage au La 440 Hz d’un seul coup et il faut y aller par paliers progressifs. C’est la raison pour laquelle les accordeurs professionnels suivent une formation de plusieurs années et facturent leurs services. Ils ont une oreille expérimentée qui leur permet de sentir la manière dont l’instrument va réagir.

S'accorder comme un pro

Vous jouez depuis plusieurs années et voulez connaître une méthode encore plus efficace de vous accorder ? Recevez gratuitement mon guide PDF (5 pages) sur les méthodes utilisées par les musiciens professionnels, en remplissant le formulaire ci-dessous :

Aucun spam, promis. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Autres pages

0 commentaires

Qu'en pensez-vous ?